lundi 28 août 2017

Vendanges : saison 17

Une saison en Enfer !

De pire en pire. Côté météo, le dérangement climatique est sensible d'année en année, les récoltes se réduisent, s'étiolent, se font de plus en plus tôt sous un temps insupportablement chaud, lourd et éprouvant.
Alors si la vigne a modifié un peu son cycle, l'homme a beaucoup modifié le sien.
A gauche le bébé raisin, à droite à maturité
Nous avons pris le rythme de travailler seulement le matin, style journée continue avec pause de demi heure dans la matinée et arrêt à 13 ou 14 heures.

Les caves rentrent ainsi un raisin relativement"frais" et pas encore "bouilli" par l'ardeur du jour.

Cave coopérative

Les machines travaillent volontiers de nuit et certaines caves coopératives ont changé leurs horaires.


Penché dans sa machine, à l'aube, le machiniste trace son chemin
En ces quelques dernières années le paysage agricole s'est modifié, vignes moins vertes , beaucoup de feuilles mortes et même dépérissement des ceps : faut dire que nous sommes dans le sud du sud et en coteaux sans arrosage...Le paysage n'est pas beau....Sauf près de la mer, bien sûr...ah ce décor....

Banyuls sur Mer

Le paysage humain aussi a changé; ce n'est pas moins festif mais l'épaisse et collante chaleur n'incite guère aux chants , plaisanteries et autres rires, on garde son énergie "au frigo " du corps.

Paysage sec, défraîchi
Quant à moi ? Infirme cette année, je suis privée de vigne, de vendange, de conduite, et même de déambulations entre les rangées; je fais quelques incursions en pesant sur ma canne, appareil photo en main pour immortaliser l'année 17. Où est donc la montagnarde qui s'éclatait sur les cimes , réduite à cette ancêtre qui semble faire "les vieux d'autrefois allant à petits pas, courbés sur leur bâton, encourager les vendangeurs et que l'on regardait avec indifférence?". Je savoure amèrement et aigrement ma vieillesse provisoire j'espère. Mais les vendangeurs ne me regardent pas avec indifférence : on est quasi de vieux amis de longue date. Baroudeurs au long cours dans les rangées de vignes

Dans la benne
Alors j'ai eu l'envie de faire un petit kaléidoscope pour présenter la vie du raisin en puisant dans les archives de ce blog et les reportages que j'avais faits en 2013 sous les titres "balades en vignes".



De l'hiver au printemps : les différentes phases, de la taille à la naissance du bourgeon,
 puis la floraison et la "nouaison" ou formation de la grappe
Dès la naissance du bourgeon le raisin est lové dans son berceau de feuilles duveteuses


Juillet : il prend de la couleur, c'est la "véraison" et puis il mûrit jusqu'à la récolte, 9 mois se sont écoulés, une vraie grossesse !


Dans ma très vieille vigne centenaire la poésie et les affres du temps passé sont inscrites sur les ceps tourmentés mais la couleur est au rendez vous : certains cépages nous sont inconnus, que savaient nos anciens. C'est la vigne du grand père que je n'ai pas connu, gazé voilà ...100 ans.




Il sourirait de voir sa petite fille inconnue marcher à petits pas de cet âge qu'il n'atteignit jamais...


Le sang de la vigne coule à flots, tandis que les rafles, la charpente du raisin, s'envolent dans les airs comme des corps morts

Comme une goutte de sang frais sur la benne


Egrappage

Un corps mort, la colonne vertébrale du raisin

Toutefois, ni la chaleur, ni la brûlure du soleil ni la petitesse des récoltes réduites de moitié ces dernières années n'entachent le moral et en attendant le repas de fin de vendanges, une petite collation...n'est ce pas ...est de bon ton.

















Sans oublier les libations ! Car n'oubliez pas : 9 mois pour en arriver là ! 






























6 commentaires:

  1. Un bon reportage empreint de nostalgie. Chez nous aussi les vendanges étaient gaies .toujours quelqu'un à plaisanter et à chanter .que de bons souvenirs j ai revu mes grands-parents mes parents mes oncles et mes tantes cousins cousines tout le monde était là. Des grandes tables pour tout ce monde là.et la fin des vendanges au repas c'était la fête merci beaucoup pour ces souvenirs aussi dans le tonneau les jeunes à pétrir à écraser le raisin .que de rires. Et le premier jus hum que c'était bon.mon grand père avait sa cave et son pressoir .bonne soirée portes toi mieux caresses à tes minous minettes

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Et oui cela parle aux souvenirs...Tout le monde ,enfants ou petits enfants de vignerons, même si on n'y a plus les pieds et les mains dedans garde au fond de soi des images de ce moment qui matérialise la fin d'un cycle et le départ d'un nouveau. Le rythme inlassable des saisons, des travaux, et les joies qui teintent ce rythme jamais lassant. Bisous Annie

      Supprimer
  2. Oui Amédine Les Vendanges même à Perpignan on Y était presque Les Vignes étaient toutes proches :) Votre Grand-Père est Là Lui aussi Chez Lui :) Merveille de La Nature :) Calinous aux Minous Bisous à Vous Pensées pour Lison :)

    RépondreSupprimer
  3. Très belles photos, il y a très longtemps que je n'ai pas fait les vendanges, j'ai la nostalgie de cette période joyeuse et très particulière à notre région.
    Bisous Amédine tu as réveillé en moi des souvenirs heureux.

    RépondreSupprimer
  4. Réponses
    1. eh que oui !! et c'est fréquent, le pire !

      Supprimer