mardi 4 juillet 2017

Le Mont Tauch (Aude)

Il est des balades sans grande envergure que quelque chose peut soudain rendre grandioses, juste peut être parce qu'on était là au bon moment.
Il en fut ainsi en ce dimanche maussade de juillet sur cette montagne tabulaire  sans grand relief mais que l'on voit de loin, comme un grand navire sur une mer de garrigues infertiles : le Mont Tauch avec son sommet qui n'en est pas un, le Pech de Fraysse 917 m. Qu'on ne voit pas même si l'on y est en plein dessus, un petit tas de cailloux sans ostentation alors qu'aux alentours se dressent tours et pylônes. C'est ainsi.

Le Mont Tauch, face sud, en partie ravagée par un incendie, été 2016
Oui c'est ainsi que nantie d'une main assez invalide car fraîchement opérée me privant de (vraie) montagne et d'une météo à vous tenir bien au chaud, je décidai de braver les éléments pour ce coin de plateau battu des intempéries, l'isolant encore plus du monde et lui donnant davantage des airs de faux navire. A une soixantaine de km de chez moi.
Le Mont Tauch face nord, mai 2017
Tuchan, LE village côté sud, est un bourg vigneron de quelques 900 âmes dont l'âme essentielle est le vin: appellations Fitou, Corbières et muscat de Rivesaltes. Pour accéder en voiture au Mont Tauch, il faut traverser Tuchan, à l'abri des vents du nord, passer derrière la cave coopérative et prendre une minuscule route de 7.8 km qui traverse les vignes du piémont avant que d'attaquer la rude côte allant de 9 à 20% , 700 m de dénivelé, une sorte d'escalier bien choisi pour ma rééducation manuelle au volant !
Paysage des environs de Tuchan et la Serra de Vingrau que j'ai bien visitée aussi

Le massif est résolument calcaire, fait d'arêtes, de "dents" et d'éboulis dans lesquels crissent des profusions de cigales. Oui c'est l'été malgré un vent du nord à plus de 100 km/h. Je suis sous le vent mais au débouché sur le plateau, je crois m'envoler.
Je gare le kangoo dans l'axe du vent, une grosse pierre en guise de cale et j'enfile des vêtements chauds pour partir à l'assaut!
La petite route qui monte au Tauch

En 1er plan contreforts du Tauch, au fond Serra de Vingrau

La petite route qui conduit au plateau...

Et l'arrivée sur le plateau (la tour des géographes)

Le premier "monument " est la tour des Géographes, 879 m, construite en 1791 par des astronomes chargés de mesurer le méridien de Dunkerque à Barcelone et par là même d'établir le mètre étalon standard. Le bâtiment originel a sans doute disparu mais une tour de communications modernes lui donne l'aspect de point culminant alors qu'il est modestement installé plus à l'ouest 38 m plus haut..un détail...dans cette immensité.



Je file (façon de parler, je recule presque) plein nord, en longeant le parc éolien à l'arrêt.


Vers le nord
                                                     



















Le plateau et le Canigou en fond (vers l'ouest)



La mer, les étangs et le cordon littoral, la Serra de Vingrau à l'est
On distingue juste derrière les arbres, gauche photo,  la forteresse cathare d' Aguilar (Tuchan)

Je traverse de part en part le plateau large d'un km avant qu'il ne plonge dans  un à pic de 400m vers le piémont nord; je ne peux pratiquement pas m'approcher des rocs soulignant l'à pic, le vent me déséquilibre. Je suis seule ...et ça se comprend mais dans sa guérite de verre, le guetteur, jumelles aux yeux, surveille.

Plein nord, les Corbières audoises et le village de Maisons


                                     



Je reviens vers ma voiture, dos au vent , le chemin coïncide avec un GR dont je perds vite la trace. Je m'apprête à quitter ce lieu inhospitalier mais l'envie d'aller chatouiller son sommet me taraude; toutefois ce ne sera pas à pied ! Les 2 km sont parcourus par la piste, en voiture. A pied il est impossible de prendre un autre chemin, la garrigue est omniprésente et très arbustive.
Je me juche un instant après sur le sommet pour une photo difficile, je m'y reprends à 3 fois le vent m'emporte. C'est amusant...











Ensuite je vais à la proue du vaisseau, plus basse de 16 m mais autrement redoutable : deux pylônes "décoiffés" par le vent fou sifflent, hurlent, crachent sans se tordre toutefois ce à quoi je m'attends tant c'est hallucinant; il me semble être dans un vol de 2 mirages qui tourneraient autour de moi, s'entraînant pour le ballet du 14 juillet ! Spitzberg ? Kerguélen ? Le Tauch mugit comme peut le faire notre Neulous qui lui fait face tout au sud.
Plein sud : les Albères avec le Neulous et le 1er
grand incendie de l'été

Le pylône hurlant








De cet éperon rocheux qui plonge dans le vide quelques centaines de mètres plus bas, le point de vue est magnifique ! Les paysages typiques de Corbières en font un écrin somptueux servi par des couleurs un peu délavées ce jour. La vallée du Verdouble entre ses rives escarpées se perd dans des lointains dentelés. C'est très beau ...Je pense que chaque atmosphère météorologique doit servir ce coin. Par chance il n'y a pas de brumes car souvent le vent du nord coiffe le Tauch d'une écharpe ondoyante .

Relief de Corbières


Toutefois si l'on fait abstraction de ces éléments , le Tauch se présente comme un vaste plateau couvert de buis odorants, thym, romarin, buplèvres, quelques églantiers et chênes rabougris (on les comprend) et en cette saison des tapis de fleurs jaunes qui embaument la camomille et mettent une touche d'or dans ces teintes bicolores : blanc et vert sombre.






Je reprends ma voiture, me débarrasse de "la tenue grand vent froid en plein été" et je retraverse le plateau que quelques courageux échevelés arpentent. Ils doivent me trouver bien fainéante à la marche, cela m'amuse.
Je replonge en quelques km sous le vent, côté sud et j'arrive, par une voie détournée à une sorte d'Eden par lequel il faudrait commencer : une source bien réelle, la fontaine d'Artigas qui donne naissance au seul ruisseau en eau sortant du Tauch; car le Tauch est éventré de ravines ne coulant que par temps de fortes pluies. ravins secs pouvant se charger de furie. Ici tout est paisible, les ombrages des grands platanes couverts de cigales dociles, l'eau claire, les bancs et tables à l'ombre fraîche au pied des dernières vignes : un havre à ne pas manquer.


A l'abri des vents et des cyprès la Fontaine d' Artigas:
de l'eau toute l'année pour un ruisseau nommé ruisseau des Nouyés

Espace bucolique

Des cigales dociles

Comment est la chapelle de Faste (18 eme) qui, disait on, guidait les marins de sa lumière?
 Je l'ai oubliée dans mon périple.
Le vent fou avait décroché ma mémoire...



9 commentaires:

  1. Coucou Amédine La Chapelle de Faste pour une autre Balade Merci pour Les Immortelles J Adore Leur Parfum Merci aussi pour Les Cigales J Adore Leur Chant :) A Bientôt Calinous aux Minous Bisous à Vous à La Petite Bertille Pensées pour Lison :)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ce sont les immortelles vous pensez ? c'est bien gros je trouve. Vous connaissez je pense le Mont Tauch. Bisous de nous 7 + moi =8 coeurs

      Supprimer
    2. C est vrai Amédine J ai tendance à nommer Immortelle grand nombre de Fleurs :) A une époque Nous allions souvent Nous balader dans L Aude beaucoup plus tranquille Un Beau Pays :) Bisous à Vous Tous :)

      Supprimer
  2. Bonjour Amedine, Je vois que ta main opérée ne t'a pas empêché d'affronter tous les virages de cette magnifique montagne de Tauch. Bravo pour ce bel article ! Moi, cette montagne, je l'ai gravie trois fois et toujours au départ de Padern, mais la toute première fois où nous y sommes montés, nous avions été pris par la nuit tombante au moment de redescendre et du coup, Dany et moi nous étions redescendus en courant. Je crois que si ça devait se reproduire aujourd'hui, nous coucherions sans doute là-haut.....les panoramas nocturnes doivent y être sublimes après tout !!! Pour les fleurs, je pense qu'il s'agit de Santolines grises ou santolines petit-cyprès (Santolina chamaecyparissus). Selon les lieux, on lui donne d'autres noms comme Camomille des montagnes ou camomille de Mahon ou encore aurone femelle. Pour ta main, j'espère que ça ira mieux et que tu pourras reprendre tes activités pédestres et tes grimpettes....Amicalement. Gilbert.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ah cher Gilbert, en cherchant des renseignements sur le Tauch je suis tombée sur ton récit et je savais que si tu voyais le mien tu trouverais le nom de cette plante que j'ai dans mon jardin et que j'ai oublié : bien sûr, la Sentoline !! Merci. je me disais qu'une nuit sur le Mont Tauch...Moi je peux m'offrir ce luxe car c'en est un. sais tu qu'on le voit très bien de mon village ?Quant à ma main, je pars samedi pour le Désert du Carlit, j'ai parait il super bien récupéré...trop me dit l'infirmière...J'ai hâte de reprendre mes activités viticoles et bricolesques. Toutes mes amitiés.

      Supprimer
  3. CC... Merci d'avoir braver les éléments et de partager cette superbe balade !!!
    Prends soin de toi
    Belle journée, Bisous, Câlins @ tes petits félins

    RépondreSupprimer
  4. Je devrais plutôt écrire BRAVO d'avoir braver les éléments ;)

    RépondreSupprimer
  5. Toujours intéressant ! j'écris peu mais je lis et chaque fois je découvre. Là, c'est la tour des géographes pour mesurer le méridien ; je constate qu'il n'y a pas qu'en Polynésie que les éoliennes sont à l'arrêt ; mes souvenirs de garrigues, de plateaux déserts et de mistral remontent à la surface. Enfin, ce n'était pas au même endroit et le mistral au lieu de la tramontane : "Le vent qui vient à travers la montagne M'a rendu fou" (Victor Hugo/Brassens).

    RépondreSupprimer
  6. Bonjour,
    Merci pour cet article très bien écrit ; mes enfants et moi allons dans quelques minutes nous diriger vers le Mont Tauch.
    Native de Longwy, Tuchan est mon village de coeur depuis 37 ans et j'ai trouvé dans votre récit les informations qu'il me manquait��
    Je vous souhaite de faire encore plein de jolies découvertes dans vos rencontres avec la nature��

    RépondreSupprimer