jeudi 28 juillet 2016

Un peu de mon coeur en Ariège



Coeur d' Ariège : l'étang d' Arbu (sous les Trois Seigneurs)



Je vis dans les Pyrénées Orientales tout au sud de la France 
et l' Ariège est un département voisin.

Limitrophe même. Mon département est tout en longueur, la tête dans les montagnes et les pieds en éventail dans la méditerranée. Il est juste un peu plus petit que l' Ariège mais 4 fois plus peuplé.
L'Ariège est ramassée, roulée en boule autour de sa petite préfecture, Foix, peuplée de moins de 10 000 habitants. L'Ariège n'aura jamais ni la tête ni les pieds dans la mer, elle a l'eau de ses rivières, de ses lacs, de ses hautes montagnes à plus de 3000 m d'altitude.

Pyrénées Orientales 66

Ariège 09











L'Ariège a juste un morceau de mon coeur depuis plus de 30 ans : mes premiers souvenirs sont ceux de prairies, de fleurs et de cascades, de petites routes de montagne et de sérénité.
Plus tard, connaissant bien la France, j'en ai conclu que
 l' Ariège était une vitrine de nombreux départements français : elle contient l'âme profonde du pays. Sans mer ni océan.
La nouvelle distribution des régions les a mariés : les 2 départements sont désormais dans la même région.
J'ai beaucoup arpenté l' Ariège et j'y reviens toujours, même sans y chercher la montagne. J'y trouve de l'âme.
Ainsi l'autre jour, je l'ai présentée à Mathurin qui a apprécié malgré les 38 ° ambiants.


Je suis allée à la rencontre de Colette une "amie Facebook" qui a son coeur en Ariège aussi. Depuis l'enfance.

Un grand moment convivial dans un camping où j'ai goûté aux joies de la piscine nantie d'un petit air exotique puis Mathu et moi avons pris la route buissonnière. A la recherche de rien de particulier, juste de ce supplément d'âme que je trouve là bas.

Alors je vais vous conduire en peu de mots et quelques images au pays de la verdure, de l'eau et des fleurs.
Tout en précisant que l' Ariège n'est pas QUE ça, mais ce fut la nôtre ce jour là.


Le Saurat
 L'Ariège sait être jaune, sèche, avec ses champs de céréales , et ses villes écrasées de soleil.Il y a beaucoup à dire sur elle, elle a un riche patrimoine historique, géographique, géologique...Merveilleux département !

On a choisi la fraîcheur et nous avons amplement profité des rivières et torrents d'eau fraîche.
dans une symphonie de verts.
Route du Col de Port 1250 m

Descente du Col de Port le Mt Vallier dans le lointain

Le Vallier au télé, 2838 m
 Le soir venu nous avons touché au Port...non il n'y a pas la mer ! Le village minuscule se nomme "Le Port" près de Massat et je ne manque jamais d'y passer la nuit. Il a beau être un Port, ne cherchons pas une rivière navigable . Voici notre décor.

L'Arac (rivière)
Au matin :



Le Port est sur la route du Port de l' Hers : là bas, tout col est "Port".
Hier c'était grand bleu et 38 °, ce matin le fond de l'air est jaune , cela sent les pluies de boues sahariennes.
Tout en vert : net recul des prairies devant la forêt
L'agriculture  meurt doucement

L'Arac et son paradis fleuri, bord de routes ou maisons disséminées
Les villages semblent tout petits cependant l'habitat est très disséminé, aujourd'hui dans les bois et devenu résidences secondaires, hier dans les prés et fermes d'élevage. Ainsi va la vie...

Au Port de l'Hers un souffle brûlant nous assaille malgré l'altitude. Un étang noirâtre, de loin le moins joli d' Ariège est toujours très fréquenté.

Etang de l' Hers

Je préfère le Col d' Agnès, 1570 m, son voisin plus discret et plus joli.

Linaigrettes vers le Port de l' Hers
Mathu a décidé : "Je ne marcherai pas en Ariège". Faut dire que ...je fais une halte au bord de la route et une immense clameur, style barrissement dans la savane, m'accueille dès ma descente du camion. Et comme là haut sur les crêtes, avec les moutons, le troupeau, comme un seul homme, meuglant, s'élance dans la pente et court vers moi. Mathu roule des yeux effrayés et moi, je reste prudemment  près de la portière . Une meute curieuse vient m'observer...oups, un air de réserve africaine sauf que l'animal c'est moi. Curiosité satisfaite, ce beau monde retourne à ses pentes.

Au Col d' Agnès

La meute à grands pas et à grands cris
La plus curieuse


















Oh ! La peur...
Du Col d' Agnès, on bascule sur une autre vallée, celle du Garbet qui naît là haut dans ces montagnes encore enneigées : je ne connais pas ce cirque avec ses cascades et son lac enchâssé dans un écrin, invisible depuis la route : faudra que je répare cette lacune.




Les cascades sont nombreuses sur ces montagnes: ainsi la Cascade d' Ars  que j'ai pu voir, impressionnante avec ses 110 m de haut , au dessus d'Aulus, à 1380 m, très accessible. Une beauté.

Archives 2011
Cascade d' Ars

Juste un morceau
 Aulus les Bains, ancienne station thermale, sagement alignée dans la plate vallée du Garbet est une petite ville que j'aime beaucoup. Dépeuplée, dépossédée de ses vertus thermales elle a gagné en tourisme hivernal puisque la station de Guzet Neige est proche. J'aime aussi y dormir et y flâner en toutes saisons.


Aulus les Bains

Nous ferons une brève escale restaurant, oui Mathurin aussi; il quitte la table avant la fin du repas, ivre ...de voir du monde.















Une troisième vallée nous attend avant le retour : celle de l' Alet, juste la suivante; elles sont parallèles comme les plissés d'un rideau. Et toutes vertes, fleuries, plaisantes. Je fais la cure avant la sécheresse de mon département.

ça y est : des gouttes boueuses étoilent le pare brise, en peu de temps mon camion va changer de teinte, les pluies "sahariennes" sont là même si à Aulus on m'a dit "Ici il ne pleut jamais de la boue". Ces pluies m'accompagneront par intermittence au bout de ma longue, très longue route du retour.

L'Alet  (Vallée d' Ustou)

Et là, dans cette vallée, non contente d'avoir une partie de mon coeur en Ariège, je découvre LE coup de coeur, cette grange désuète pour laquelle j'ai un véritable coup de foudre. Au bord de l' Alet. Les pieds dans l'eau parfois, je pense,  mais elle a bien bravé le temps, vaillant petit navire...






Et si je jouais enfin au loto ?



13 commentaires:

  1. Merci pour ce reportage, je découvre l’Ariège que j’ai traversé plusieurs fois sans jamais m’y arrêter. Si, une longue soirée à Pamiers en 1960 pour un bal avec les orchestres de Claude Luter et Jerry Mengo ( ?). Pourtant, j’ai beaucoup lu sur le passé historique de l’Ariège mais c’est assez récent.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. L'Ariège a une grande richesse : des grottes préhistoriques, une rivière souterraine, des bastides, des villes, le château de Foix, des montagnes. J'ai eu l'honneur de connaître un des pontes en archéo préhistorique, l' Ariège m'a beaucoup donné, dans ma nouvelle vie. Je lui dois beaucoup de ce que je suis

      Supprimer
  2. Quel Beau Pays Amédine Merci encore pour Le Partage :) Il n est peut être pas nécessaire de gagner au Loto pour acquérir La Grange car Le prix des Maisons en Ariège est tellement plus accessible qu ici Chez Nous :) Toujours est il que Mathurin en tire La Langue Il est trop Mimi Lui :) Calinous aux Minous Bisous à Vous :)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Acquérir, certes mais aménager oui, pour moi il n'y a que le loto !! Et puis faudrait que je fasse donner des leçons de natation à ma Tribu, non ?? Bisous

      Supprimer
  3. Nous allons régulièrement en Ariège, département que nous aimons beaucoup ! Notre "camp de base" si l'on peut dire, c'est le Couserans où nous avons des amis Gardois qui y ont une maison de famille, à Bonac, et cerise sur le gâteau, dans ce microscopique village (80 habitants), il y a une aire de service pour une dizaine de C.C. extraordinaire (aménagée comme un petit camping, mais ... chut, faut pas le dire). Alors bien sur, nous faisons de belles balades aux alentours (et même assez loin) et connaissons comme notre poche ce magnifique département qui nous fait oublier la ville, nos soucis ... Allez, bisous.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Le Bonac en dessous d' Uchentein ? je le connais, je connais bien ce coin j'y ai même fait de la piste forestière et puis une randonnée à partir de Frechendech (dont je parle dans mon blog). je dors à Uchentein quand je vais là bas. Est ce bien ce Bonac là ? J'aime très fort le Couserans; j'y vais un peu moins car c'est loin pour l'aller retour en 2 jours avec rando en plus. Bisous

      Supprimer
  4. Coucou ... Je comprends que tu aimes ... c'est magnifique : vert, fleuri, mouillé (hihihi ... rivières et cascades) ... Mathurin a l'air d'apprécier aussi, sauf peut-être l'épisode des vaches dévalant le col !!!
    Beau w-e à Tous, Bisous et Câlins

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Coucou à toi ! Et oui, plus ça va plus je me projetterais de quitter mon sud desséché et de vivre là bas...enfin pas toute l'année, j'ai le coeur en 2.Gros bisous

      Supprimer
  5. Amédine... tu es formidable !! j'avais raté ton précédent
    voyage ( problème avec l'ordi !!) et celui-ci m'a fait battre
    le coeur un peu plus vite. J'ai voyagé avec toi... mais oui,
    je t'en supplie sois prudente. As-tu ton portable autour du
    cou quand tu saute d'un piton rocheux à l'autre ????? Bon, je
    plaisante, mais fais attention tout de même. Je t'embrasse bien fort
    et mille caresses à Mathurin qui a l'air d'apprécier ces ballades.
    Il a le poil bien brillant et je le trouve en pleine santé. A plus
    tard Amédine. ELZA

    RépondreSupprimer
  6. Ce commentaire a été supprimé par un administrateur du blog.

    RépondreSupprimer
  7. Une très belle région, l'Ariège. Du moins, on ne peut que l'aimer ainsi présentée et illustrée par tes soins. Oui, cette grange a du cachet ! :-)
    Alors, as-tu joué au Loto ? (sourire)
    Bisous.

    RépondreSupprimer
  8. Encore une série très plaisante, que du bonheur à voir et à lire ! :)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Merci Pastelle et depuis...je joue au loto: -)))

      Supprimer